L'école au Maroc

Des infrastructures obsolètes

L’école rurale est la plupart du temps un cube en préfabriqué, posé au milieu de nulle part  dans les années 60/70 de manière provisoire afin de faire face à une démographie galopante et des volontés affirmées de relever le niveau de scolarité et d’alphabétisation de la population. Mais les classes se délitent désormais très vite, l’accès est compliqué, l’amiante est encore présente dans des centaines de classes, les toilettes sont très souvent absentes ou hors d’usage.

« A force de parcourir quotidiennement 10 kms pour se rendre à l’école, la peau et les vêtements ne sentent plus que la sueur ».
« Revue du Tiers Monde »

Pas d’accès à l’eau

Dépourvue de toilettes et sanitaires, l’école rurale est généralement désertée par la fille à l’âge de la puberté. L’accès à l’eau est un facteur majeur de l’émancipation de la fille et de la femme dans le monde, une idée mise à nue dans le film « Les sources des femmes »

Rythmes et pédagogie

 

Afin de faire en sorte que les enfants soient utiles aux tâches ménagères ou agricoles, le temps scolaire s’effectue à mi-temps. Le mélange des langues et des cultures rendent complexes, en milieu rural, l’enseignement des professeurs : arabe, français, amazigh, une ou plusieurs langues parfois non parlées par le maître ou par l’élève.

 

La situation des filles

 

Selon un rapport de l’Unicef de 2012, le taux de scolarisation des filles, en milieu rural, oscillait selon l’âge entre 40% et 50% seulement pour se rapprocher des 10 à 20% au-delà du primaire. Par ailleurs, le taux d’analphabétisation des femmes rurales était estimé à plus de 80%.

Depuis lors, le Maroc a consenti d’importants efforts pour généraliser I’accès au primaire. Ces efforts ne sont pourtant pas capitalisés au niveau des différents cycles. Un taux de déperdition important est enregistré d’un cycle à l’autre ramenant la moyenne nationale de scolarisation à 87,6% au collège et a 61,1% au lycée.

L’analyse des données désagrégées du secteur de l’éducation démontre aussi d’importantes inéquités qui touchent essentiellement les enfants en milieu rural notamment les filles et les enfants en situation de vulnérabilité, particulièrement les enfants en situation de handicap. Le taux de scolarisation de ces derniers, selon les dernières statistiques disponibles, ne dépasse pas 32,4%. En milieu rural, les données montrent que les enfants de manière générale sont confrontés à des difficultés pour réussir la transition entre le primaire et le collège auquel seulement 69,5% d’entre eux accèdent. Ce taux chute à 30,6% en ce qui concerne leur accès au lycée et ne dépasse pas les 21,9% chez les filles.